Un argument de poids pour la fertilité masculine

De nouvelles études sur la relation entre l’obésité chez l’homme et la fertilité masculine se veulent un argument de poids en faveur de saines habitudes de vie. Alors vérifiez votre IMC…
 

Introduction

L’obésité a des conséquences néfastes reconnues sur la santé globale d’un individu. Ainsi, la littérature scientifique abonde d’articles relatant le lien entre l’obésité et le développement de maladies chroniques comme le diabète de type II, l’hyperlipidémie, le syndrome métabolique, les maladies cardiovasculaires et le cancer.
Or, de nouvelles études confirment maintenant une relation entre le surplus de poids et l’infertilité masculine. Si ce lien de cause à effet était déjà bien connu chez les femmes, il était jusqu’à récemment encore largement sous-estimé chez l’homme.

[quote align= »center » color= »#999999″]L’indice de masse corporelle (IMC) est une méthode de calcul qui permet d’estimer la corpulence d’un individu. Un IMC entre 18.5 et 25 assume une corpulence normale. On parle généralement de surpoids lorsque l’IMC se situe entre 25 et 30 et d’obésité lorsqu’il dépasse 30.[/quote]
 

Effet néfaste de l’obésité sur la fertilité masculine

La surcharge pondérale masculine affecterait la fertilité à différents niveaux:
[list type= »check »]

  • conversion accrue des androgènes en estrogènes dans le tissu adipeux causant dans la  circulation sanguine une baisse de la testostérone libre et totale et une augmentation d’œstradiol, le tout perturbant la signalisation au niveau de l’axe hypothalamo-hypophyso-testiculaire et altérant donc la spermatogénèse;
  • baisse de la protéine de transport des hormones sexuelles, la SHBG, médiée en autres par l’hyperinsulinémie associée à l’obésité;
  • augmentation des endorphines produisant une diminution de l’amplitude des pulses d’hormone lutéinique (LH) et de la production hypothalamique d’hormone de relâche de gonadotrophines (GnRH);
  • altération directe de la spermatogénèse par augmentation de la température scrotale;
  • accumulation préférentielle de substances toxiques et de perturbateurs endocriniens liposolubles dans les tissus adipeux;

[/list]

Une métaanalyse basée sur 13 077 sujets vient ainsi de démontrer une association significative entre l’indice de masse corporelle et le compte de spermatozoïdes (figure 1). On y observe une baisse significative du nombre de spermatozoïdes chez les hommes obèses. Bien qu’une baisse de la spermatogénèse soit également notée chez les hommes trop maigres (courbe en J), elle ne s’avère pas significative statistiquement. D’autres études avaient déjà démontré qu’un IMC élevé est associé non seulement à une diminution de la numération, mais également de la mobilité et de la morphologie normale des spermatozoïdes. Une étude, basée sur 23 986 hommes, avait d’ailleurs confirmé, après ajustement des variables confondantes, l’augmentation du risque relatif (rapproché) d’infertilité chez les hommes obèses (figure 2). risque relatif IMC et Oligospermie

risque relatif Infertilité masculine et IMC

Conclusion

Un indice de masse corporelle (IMC) élevé chez l’homme est clairement associé à une atteinte de la spermatogénèse et à une subfertilité. Maintenir un poids santé s’avère donc aussi important chez l’homme que chez la femme pour fonder une famille.
Supplément : Calculez votre IMC
Il existe plusieurs calculateurs sur Internet permettant de calculer rapidement votre IMC.
Nous vous suggérons celui-ci : http://www.passeportsante.net/fr/VivreEnSante/Tests/Test_IMC.aspx
Coauteur: Mathieu Provençal

Laissez un commentaire

À lire aussi