Une campagne de financement pour fonder une famille

Fécondation in vitro: il faut maintenant payer pour avoir accès à des soins de santé au Québec

Un couple infertile se tourne vers une campagne de financement pour fonder une famille

Alors que les couples infertiles, âgés de 20 à 40 ans, sont ceux qui coûtent annuellement le moins cher au système public de santé (figure 1), le gouvernement actuel du Québec a malgré tout décidé d’abolir en novembre dernier le programme public de fécondation in vitro, pourtant l’un des traitements les plus populaires des dernières années et des plus performants en termes d’efficacité.

Figure 1 (référence)
Dépenses annuelles RAMQ selon âge

Ce sont ainsi les baby-boomers qui profitent le plus du système de santé québécois. Il s’agit là, à notre avis, d’une grave injustice intergénérationnelle.
Désespérés, certains couples infertiles québécois se tournent dorénavant vers une campagne de financement afin d’avoir accès à une fécondation in vitro.
La Revue de Terrebonne publie aujourd’hui deux articles sur le sujet.

Une campagne de financement pour fonder une famille

Lisez aussi: « Une catastrophe » – Dr Pierre Miron

Le fondateur de Fertilys, Dr Pierre Miron, commente la situation.

Publié le 6 juillet 2016 dans Fécondation in vitro , Fertilité , Infertilité

Dr Pierre Miron
Par : Dr Pierre Miron PhD, MD, FRCSC, Fertologue

Le Dr Pierre Miron jouit d’une réputation internationale en fertilité, reproduction et assistance médicale à la procréation. Ce visionnaire a fondé trois programmes de fécondation in vitro au Québec au cours des 30 dernières années. Grâce à son centre privé de génétique humaine spécialisé dans le domaine de la reproduction, il a rendu accessible à toutes les femmes enceintes un programme unique de dépistage prénatal pour la trisomie 21 – un service auparavant inexistant au Québec. Le Dr Miron s’est toujours impliqué activement et publiquement pour la cause des couples infertiles. Il a notamment contribué à mettre en place l’Association infertilité Québec (ACIQ).

Laissez un commentaire

À lire aussi