Impact de la procréation assistée sur les finances publiques du Québec

Rapport d’analyse sur l’impact à long terme du programme de procréation assistée sur les finances publiques du Québec

Vous trouverez ci-jointe une étude économique que l’Association des couples infertiles du Québec (ACIQ) a fait réaliser par la firme IS&B. Cette analyse, qui me fut transmise par la présidente de l’ACIQ, Mme Virginie Kieffer, confirme les avantages pour le Québec de continuer à supporter un programme public d’aide médicale à la procréation.

En résumé :

Le Québec est à l’aube d’une des plus importantes transitions démographiques de l’Occident. Une partie importante de sa force active de travail prendra sa retraite dans les années à venir.

  • Le profil de finances publiques du gouvernement du Québec se résume succinctement en trois segments d’âge: les “jeunes” qui bénéficient majoritairement des dépenses d’éducation, les adultes qui travaillent et qui paient de l’impôt et les “vieux”, qui bénéficient majoritairement des dépenses en soins de santé.
  • En corolaire, la transition démographique signifie aussi une importante transition budgétaire, où le gouvernement verra une réduction de ses revenus conjuguée à une augmentation de ses dépenses.
  • L’Institut de la Statistique du Québec prévoit qu’en 2033, le nombre de décès excèdera celui des naissances au Québec, et que l’importance relative des travailleurs en début de carrière face aux travailleurs à l’aube de leur retraite commencera à décliner. Cette année coïncide cependant avec le moment où la cohorte des individus nés en 2014 et celles nées depuis l’implantation du programme québécois de procréation médicalement assistée contribueront en moyenne positivement aux finances publiques du Québec.
  • En augmentant à court terme le taux de natalité, le programme de procréation assistée permet d’atténuer l’effet de la transition démographique sur les finances publiques. Au plus fort de la transition, les naissances imputables au programme pour l’année 2014 uniquement permettront de redresser les déficits budgétaires de plus de 22.3 millions de dollars annuellement.
  • En tenant compte de l’ensemble des cohortes issues du programme, l’effet se situe aux environs de 70 millions de dollars au plus fort de la transition. L’impact global du programme est résumé au tableau 3 du document.

 
N’hésitez surtout pas à faire circuler le document et à le partager avec les députés qui vous représentent.
Nous vous encourageons également à vous impliquer activement en devenant membres de  l’ACIQ: http://www.aciq.ca

Rapport d’analyse sur l’impact à long terme du programme de procréation assistée sur les finances publiques du Québec:

2014-11-05-RapportFinalPMA-V004
 

Laissez un commentaire

À lire aussi