Rétablissement de la fertilité masculine après chimiothérapie par injection de cellules souches testiculaires

La science, grâce aux cellules souches testiculaires, donne un nouvel espoir aux hommes aux prises avec un problème d’infertilité masculine
 
Les hommes qui perdent leur habilité à produire des spermatozoïdes à la suite d’une chimiothérapie pourraient un jour retrouver entièrement leur fertilité. Une recherche récente vient en effet de démontrer qu’il est possible de rétablir la fertilité masculine chez les primates, en réintroduisant leurs cellules souches testiculaires.
Le principe de la chimiothérapie est de détruire les cellules qui se divisent rapidement, caractéristique intrinsèque des cellules cancéreuses. Malheureusement, les agents chimio-thérapeutiques détruisent des cellules saines qui se divisent également rapidement comme celles qui produisent les spermatozoïdes : les spermatogonies.
Certains hommes adultes atteints d’un cancer choisiront donc de congeler leur sperme avant la chimiothérapie afin qu’il puisse être utilisé, à une date ultérieure, par insémination artificielle. Cela n’est toutefois pas possible pour les jeunes garçons qui ne produisent pas encore de spermatozoïdes. Des chercheurs de l’University of Pittsburgh School of Medicine en Pennsylvanie ont peut-être trouvé une solution. Même en absence de production de spermatozoïdes (spermatogénèse), les testicules prépubères contiennent des cellules souches spermatogoniales.
Pour faire leur démonstration, les auteurs Kyle Orwig et coll. ont prélevé ces cellules testiculaires chez des macaques prépubères et adultes pour les cryoconserver. Les macaques ont par la suite été traités par chimiothérapie afin de supprimer entièrement leur spermatogénèse. Quelques mois plus tard, les spermatogonies préservées, propres à chacun des macaques, ont été décongelées et réintroduites en les injectant dans le rete testis, un réseau intratesticulaire de canaux issus des tubules séminifères. Neuf macaques adultes sur 12 et trois autres prépubères sur 5 ayant atteint leur maturité, ont vu leur spermatogénèse se rétablir et ont pu ainsi se reproduire.
Cette recherche ouvre la porte à la possibilité pour un homme, rendu stérile après chimiothérapie, de voir un jour ses propres cellules souches transplantées pour donner naissance à des enfants par de simples relations sexuelles.
Voir: Cell Stem Cell, DOI: 10.1016/j.stem.2012.07.017

Laissez un commentaire

À lire aussi