Quel est le vécu de l’infertilité et de la FIV au Québec ?

Entrevue de Catherine Perrin (Médium Large)

inVitro : une pièce-manifeste sur le problème de l’infertilité au Québec

Les vrais faits sur le dépistage et diagnostic préimplantatoires et quelques autres rectifications

Biopsie de blastocyste (S Munné)

Biopsie de blastocyste (S Munné)

Catherine Perrin a réalisé une très bonne entrevue sur les hauts et les bas du vécu de l’infertilité lors de son émission radiophonique Médium Large (Radio-Canada) le 12 juin dernier. L’analogie qu’on y fait avec le jeu Serpents et Échelles est d’ailleurs appropriée. Nous le savons puisque nous vivons ces émotions avec vous.
On exprime toutefois lors de cette entrevue certaines inexactitudes, probablement bien involontaires de la part des invitées. Nous avons cru bon de rectifier certains faits par le présent blogue:

Âge de la femme

Contrairement à ce qu’on laisse entendre, la législation québécoise ne prescrit pas d’âge limite aux femmes qui désirent avoir recours à l’aide médicale à la procréation. La fécondation in vitro (FIV) ne devrait cependant pas être offerte aux femmes de plus de 43 ans si elles souhaitent utiliser leurs propres ovules; les taux de succès en FIV sont en effet très réduits au-delà de cet âge. Au-delà de 46 ans, le Collège des médecins recommande également une évaluation par un comité clinique afin de s’assurer que les conditions médicales de la patiente sont favorables en vue d’un don éventuel d’ovules ou d’embryons.

La situation du dépistage et du diagnostic préimplantatoire (DPI) au Québec

Contrairement à ce qu’on laisse entendre en entrevue, le dépistage et le diagnostic préimplantatoires (DPI) sont offerts plus largement au Québec. En fait, FERTILYS offre le DPI en utilisant des technologies d’avant-garde, soit le séquençage du génome à haut débit (next generation sequencing).

Les indications du DPI au Québec

Contrairement à ce qui est mentionné en entrevue, le DPI au Québec n’est pas limité uniquement qu’à des fins diagnostiques. Le diagnostic préimplantatoire, réalisé à la suite d’une fécondation in vitro, sert à sélectionner les embryons qui ne seront pas porteurs d’une maladie génétique connue, pouvant potentiellement être transmise par l’un ou par les deux parents. Seuls les embryons sains sont ainsi replacés dans la cavité utérine. Le but du diagnostic préimplantatoire est donc d’éviter la transmission d’une maladie héréditaire grave à l’enfant.

En plus du diagnostic préimplantatoire, FERTILYS offre également le dépistage préimplantatoire. Contrairement au diagnostic préimplantatoire, le dépistage préimplantatoire est réalisé sur des embryons provenant de parents qui n’ont pas de maladies génétiques connues. Il sert plutôt à identifier les embryons qui possèdent un nombre normal de chromosomes (dit euploïdes), avant de les implanter dans la cavité utérine. Le but ici est d’optimiser les chances de succès en FIV.

Expertise québécoise en DPI

La principale barrière du DPI au Québec n’a jamais été un manque d’expertise, mais plutôt son interdiction pendant de nombreuses années par le gouvernement du Québec (attribution de permis d’exploitation restrictifs, interdisant aux centres hors hospitaliers d’offrir ce service).  Le gouvernement du Québec a aboli cette restriction il y a environ un an. Depuis, FERTILYS offre le DPI.  Par ailleurs, l’aide médicale à la procréation effectuée au Québec n’a rien à envier à celle pratiquée aux États-Unis. En fait, les Québécois devraient, en général, être assez fiers de la qualité des programmes québécois d’aide médicale à la procréation et de leur faible taux de grossesses multiples.

Attente pour avoir recours au DPI chez FERTILYS

Il est inexact de dire qu’il y a plus de deux ans d’attente au Québec pour avoir recours au DPI, autant pour le dépistage que pour le diagnostic préimplantatoire. L’accès est en fait très rapide chez FERTILYS et  nos embryologistes possèdent toute l’expertise requise.

Coût du DPI chez FERTILYS

Il est malheureux qu’on laisse entendre en entrevue que le coût d’un DPI est de 50000$. Cela est inexact. En fait, chez FERTILYS, un dépistage préimplantatoire coûte environ 3530$ (frais pour réaliser les biopsies embryonnaires et l’analyse génétique de cellules biopsiées). Quant au coût d’un diagnostic préimplantatoire, il varie entre 3000 et 4100$ selon la maladie génétique recherchée. On doit ajouter à ces coûts, les frais réguliers d’une FIV, d’une ICSI et de congélation des embryons chez FERTILYS. Toujours garder également en tête que, pour plusieurs couples québécois, un crédit d’impôt remboursable est accessible pour la FIV, et peut inclure le DPI. Ce remboursement peut parfois être substantiel selon le revenu familial. Chez FERTILYS, un conseiller en comptabilité peut d’ailleurs vous aider gratuitement à saisir les subtilités du crédit d’impôt québécois.

Crédit d’impôt remboursable pour la FIV

Les femmes de moins de 37 ans n’ont malheureusement accès au Québec qu’à un seul crédit d’impôt remboursable (un seul cycle de FIV), sous certaines conditions. Par contre, les femmes de plus de 37 ans peuvent avoir accès à deux crédits d’impôt, également sous certaines conditions.

Insémination artificielle versus fécondation in vitro

On mélange lors de l’entrevue deux techniques différentes : l’insémination artificielle et la fécondation artificielle (fécondation in vitro). Il est important de distinguer les deux approches thérapeutiques.

  • L’insémination consiste à déposer tout simplement un échantillon de sperme traité dans la cavité utérine, en période d’ovulation.
  • La fécondation in vitro, quant à elle, consiste à mettre ensemble les spermatozoïdes et les ovules dans une éprouvette (pétri) afin de favoriser leur fécondation en laboratoire. Un des embryons obtenus peut ensuite être déposé dans la cavité utérine. La législation québécoise interdit le transfert de plus d’un embryon par cycle chez les femmes de moins de 37 ans; les embryons surnuméraires peuvent toutefois être congelés et utilisés dans des cycles subséquents plus naturels afin d’optimiser les chances globales de succès en un seul prélèvement d’ovules.

 

Publié le 17 juin 2017 dans Procréation , Fécondation in vitro , Infertilité , ICSI , Dépistage préimplantatoire

Dr Pierre Miron
Par : Dr Pierre Miron PhD, MD, FRCSC, Fertologue

Le Dr Pierre Miron jouit d’une réputation internationale en fertilité, reproduction et assistance médicale à la procréation. Ce visionnaire a fondé trois programmes de fécondation in vitro au Québec au cours des 30 dernières années. Grâce à son centre privé de génétique humaine spécialisé dans le domaine de la reproduction, il a rendu accessible à toutes les femmes enceintes un programme unique de dépistage prénatal pour la trisomie 21 – un service auparavant inexistant au Québec. Le Dr Miron s’est toujours impliqué activement et publiquement pour la cause des couples infertiles. Il a notamment contribué à mettre en place l’Association infertilité Québec (ACIQ).

Laissez un commentaire

À lire aussi