Zika : vous êtes infertiles et voyagez ? Lisez ce texte car il vous concerne

Les couples infertiles québécois ayant voyagé ou prévoyant voyager dans une région endémique pour le virus Zika devraient lire attentivement ce texte. 

Christine Flageole MSc avec la collaboration de Pierre Miron MD PhD EGRI

Introduction

Le virus Zika, qui peut causer des malformations congénitales très graves, a été décrit pour la première fois chez l’humain dans les années 50. Il avait été initialement détecté de façon épisodique en Afrique et en Asie. En 2015, une éclosion importante du virus a fait son apparition en Amérique du Sud, dans les régions tropicales et subtropicales. Depuis, plus de 45 pays en Amérique ont signalé sa présence. Une éclosion a été plus récemment rapportée en Floride, où voyagent de nombreux Québécois. Le Centers for Disease Control and Prevention (CDC) travaille maintenant à mettre constamment à jour la liste des pays touchés.
Vu les conséquences potentiellement graves du Zika en grossesse, il est fortement déconseillé aux couples infertiles de voyager dans les pays endémiques.
Pour les couples infertiles qui décident malgré tout de voyager dans de telles régions, des tests diagnostiques sont maintenant accessibles dès leur retour au Québec.

Comment se transmet le virus?

En absence de moustiques Aedes Aegypti et Aedes Albopictus au Canada, vecteurs principaux du virus, et en présence de conditions climatiques défavorables, la probabilité de transmission du virus Zika au Québec est présentement très faible. Le risque d’infection est par contre bel et bien présent pour la population québécoise qui se rend dans des pays où une transmission locale a été répertoriée ou lors de relations sexuelles non protégées avec des personnes infectées.
Le virus Zika se transmet principalement à l’humain par la piqûre d’un moustique vecteur infecté, aussi responsable de la dengue et de la fièvre jaune. Une transmission sexuelle du virus a également été documentée. Ainsi, les agences de santé publique recommandent fortement aux hommes et aux femmes ayant voyagé dans une région endémique d’adopter des pratiques sexuelles sécuritaires (préservatifs) pendant une période d’au moins 6 mois à leur retour afin d’éviter une transmission sexuelle du virus Zika.
Or, cette période de quarantaine d’au moins 6 mois, qui a comme but principal d’éviter d’exposer une femme enceinte et son fœtus au virus du Zika, peut sembler une éternité pour les couples infertiles. De nouvelles recommandations ont donc été élaborées pour les couples infertiles afin de les rassurer le plus tôt possible, dès leur retour de voyage. Nous discutons un peu plus loin dans cet article du protocole leur permettant d’avoir accès rapidement à des tests diagnostiques.

Symptômes et Complications

Les principaux symptômes recensés d’infection au virus Zika sont une fièvre peu élevée (moins de 38,5 degrés Celsius), des douleurs articulaires, une rougeur des yeux et des éruptions cutanées pouvant durer de 2 à 7 jours. Dans 70 à 80% des cas, aucun symptôme n’est apparent. Ainsi, l’absence de symptômes ne signifie pas que l’on n’a pas été infecté.
Un lien causal entre une mère infectée par le virus durant sa grossesse et des complications graves chez son fœtus a été clairement prouvé par la communauté scientifique, d’où l’importance de prendre les précautions qui s’imposent. Une infection au Zika durant la grossesse peut causer des malformations congénitales importantes comme une microcéphalie, une anomalie de la croissance de la boîte crânienne avec un diamètre de la tête inférieur à la normale, et un développement incomplet du cerveau avec de graves séquelles neurologiques à long terme. Un lien a également été fait entre autres avec le syndrome de Guillain-Barré, un syndrome entraînant une paralysie progressive de tout le corps, une méningoencéphalite, un retard de croissance intra-utérin et une fausse couche.

Pour réaliser un test diagnostique pour le Zika, contactez Fertilys au (450) 934-9146 afin que nous puissions en discuter et vous guider au besoin dans votre démarche. 

Ce test est disponible chez Fertilys.

Posez le premier geste en contactant FERTILYS

Tests diagnostiques en laboratoire

Il existe à ce jour deux principales méthodes de détection d’une infection au virus Zika.
L’approche recommandée pour les couples infertiles asymptomatiques dépend du délai entre le moment où la région endémique a été visitée et le recueil des échantillons à des fins diagnostiques.
Le premier test diagnostique passe par la détection de l’ARN viral du Zika (test RT-PCR). Ce test doit être réalisé sur un échantillon de sang et d’urine dans les 14 jours suivant le retour au pays.
Le deuxième test diagnostique consiste en la recherche des premiers anticorps à se développer dans le sérum humain contre le virus Zika, soit les immunoglobulines de type M (IgM). La présence d’anticorps IgM peut être observée dans le sérum deux semaines après le retour de voyage. Ces anticorps demeurent en circulation plusieurs semaines après l’infection.
Présentement, les échantillons prélevés à des fins diagnostiques doivent être orientés au Laboratoire de santé publique du Québec (LSPQ) qui les achemine ensuite pour analyse au Laboratoire national de microbiologie (LNM) de l’Agence de la santé publique du Canada, à Winnipeg.
L’approche diagnostique recommandée pour les couples infertiles asymptomatiques dépend du délai entre la date de leur retour d’un voyage en région endémique et leur décision de faire un test diagnostique pour le Zika.
Si le couple infertile consulte dans les 14 jours suivant sa date de retour de voyage, il aura accès à un test détectant l’ARN viral du Zika, le test RT-PCR (transcription inverse – amplification en chaîne de la polymérase)
À cette fin, des échantillons de sérums et d’urine seront prélevés.

  • Les échantillons avec un résultat RT-PCR positif confirmeront une infection au virus Zika.
  • En absence d’un résultat RT-PCR positif, un 2e échantillon de sérum sera prélevé entre 2 et 12 semaines après le retour du voyage afin de réaliser un test sérologique IgM. Si l’échantillon de sérum s’avère positif, il sera alors soumis à un test PRNT (séroneutralisation par réduction des plages de lyse) pour confirmer définitivement l’infection au Zika.

Si le couple infertile consulte FERTILYS plus de 14 jours après son retour de voyage :

  • un échantillon de sérum sera d’abord prélevé afin de réaliser un test sérologique IgM
  • un test sérologique IgM positif sera suivi par un test RT-PCR dans le sérum et l’urine
  • les échantillons de sérum ou d’urine avec un résultat RT-PCR positif confirmeront une infection au virus Zika
  • les échantillons de sérum avec un résultat sérologique IgM positif et RT-PCR négatif seront soumis à un test PRNT

Pour les couples ayant voyagé dans une région endémique du Zika, nous recommandons fortement de retarder toute grossesse le temps d’obtenir le résultat final. Dans l’attente des résultats, un préservatif devrait être utilisé. Ce délai est d’environ 10 jours pour les tests RT-PCR et IgM et d’environ 2 à 3 semaines pour le PRNT, lorsque requis.
Le couple infertile asymptomatique doit transmettre à l’équipe médicale les informations suivantes :

  • Pays visité
  • Dates du voyage (début et retour de la zone à risque)
  • Grossesse : oui/non ; nombre de semaines

Pour réaliser un test diagnostique pour le Zika, contactez Fertilys au (450) 934-9146 afin que nous puissions en discuter et vous guider au besoin dans votre démarche.

Ce test est disponible chez Fertilys.

Les femmes et les hommes qui ont une infection virale confirmée au Zika devraient attendre au moins 6 mois après le début de leur maladie avant de tenter de concevoir. La relation dans le temps entre la présence d’ARN viral du Zika (RT-PCR) et l’infectiosité n’est toutefois pas encore clairement établie et, par conséquent, la durée absolue de temps requise avant de tenter une grossesse est toujours incertaine. Les partenaires masculins et féminins infectés doivent éviter tout contact sexuel intime ou utiliser des préservatifs pendant 6 mois. Un contact sexuel intime comprend le sexe vaginal, anal et oral ainsi que le partage des jouets sexuels.
En présence d’une infection confirmée, un test RT-PCR pourra également être réalisé chez les hommes dans leur sperme 3 mois après leur retour de voyage.
À l’heure actuelle, il n’existe aucune preuve démontrant que le virus Zika provoque une infection congénitale lorsque la grossesse a été initiée après la résolution de la maladie maternelle.
Face au peu des données scientifiques, il est très difficile de fournir des conseils clairs avant une grossesse. Le conseil sur le meilleur moment pour concevoir doit être individualisé et devrait inclure la transmission d’informations sur les signes et symptômes de la maladie et sur ses effets potentiellement indésirables en grossesse.

Algorithmes de tests diagnostiques selon la situation clinique

Couple infertile asymptomatique

Couple infertile asymptomatique

Femme enceinte asymptomatique

Femme enceinte asymptomatique

Personne symptomatique

Personne symptomatique

Femme enceinte symptomatique

Femme enceinte symptomatique

Références

Agence de la santé publique du Canada
http://www.phac-aspc.gc.ca/phn-asp/2016/zika-fra.php
http://www.phac-aspc.gc.ca/publicat/ccdr-rmtc/16vol42/dr-rm42-5/ar-01-fra.php

American Society for reproductive medicine (ASRM)
http://www.asrm.org/Guidance_for_providers_caring_for_patients_exposed_to_zika/

INSPQ
https://www.inspq.qc.ca/zoonoses/zika

Laboratoire de Santé Publique du Québec (LSPQ) https://www.inspq.qc.ca/sites/default/files/documents/lspq/lettre_annonce_zika_v5_20160819_site_web.pdf

OMS
http://www.who.int/mediacentre/factsheets/zika/fr/

Centers for Disease Control and Prevention (CDC)
Pour voir la liste des pays touchés (en anglais seulement) : http://www.cdc.gov/zika/geo/active-countries.html

PanAmerican Heath Organisation
Pour voir la liste des pays américains touchés (en anglais et en espagnol seulement) :
http://www.paho.org/hq/index.php?option=com_content&view=article&id=11603&Itemid=41696&lang=en

Publié le 29 septembre 2016 dans Infertilité

Dr Pierre Miron
Par : Dr Pierre Miron PhD, MD, FRCSC, Fertologue

Le Dr Pierre Miron jouit d’une réputation internationale en fertilité, reproduction et assistance médicale à la procréation. Ce visionnaire a fondé trois programmes de fécondation in vitro au Québec au cours des 30 dernières années. Grâce à son centre privé de génétique humaine spécialisé dans le domaine de la reproduction, il a rendu accessible à toutes les femmes enceintes un programme unique de dépistage prénatal pour la trisomie 21 – un service auparavant inexistant au Québec. Le Dr Miron s’est toujours impliqué activement et publiquement pour la cause des couples infertiles. Il a notamment contribué à mettre en place l’Association infertilité Québec (ACIQ).

Laissez un commentaire

À lire aussi