Réserve ovarienne

Contrairement aux hommes qui renouvellent leurs spermatozoïdes constamment, les femmes naissent avec un nombre prédéfini d’ovules. La réserve ovarienne d’une femme ne cesse de diminuer au cours de sa vie, il ne reste à la femme de 35 ans que 12 % de sa réserve ovarienne et ce n’est plus que 3 % lorsqu’elle atteint l’âge de 40 ans. La diminution de la réserve ovarienne est la principale cause d’infertilité féminine liée à l’âge.

Afin d’estimer la réserve ovarienne d’une patiente, deux méthodes : une échographie et un test sanguin.

  • L’échographie endovaginale se fait en début de cycle et permet de compter les follicules antraux, soit ceux mesurant de 2 à 10 mm. Ces derniers sont programmés deux ou trois mois à l’avance pour assurer les prochaines ovulations. Vu sa proximité, la sonde endovaginale permet d’avoir une image plus nette des ovaires et des follicules qu’une sonde placée sur le ventre de la patiente.
  • Le taux de l’hormone anti-müllérienne (AMH) est un excellent indicateur de la réserve ovarienne. Plus la quantité d’ovocytes est faible, plus l’AMH est basse. Son taux se mesure à l’aide d’une prise de sang.