Un espoir fertile – meilleure sélection des embryons en Fécondation in vitro (FIV)

Sélection des embryons pour Fécondation in vitro (FIV) sous l’oeil de la caméra

De nombreuses études ont confirmé la présence fréquente d’anomalies chromosomiques chez les embryons humains. Le pourcentage d’embryons portant un nombre anormal de chromosomes (aneuploïdie) serait de l’ordre de 50 à 80 %. L’aneuploïdie expliquerait ainsi la majorité des échecs en fécondation in vitro (FIV) humaine.
Grâce à un système élaboré d’incubation couplé à un système de captage d’images aux 5 minutes, des chercheurs viennent de démontrer, dans la revue Nature, que les embryons normaux ont, dans leurs deux premiers jours de vie (division d’une à quatre cellules), des cycles de division cellulaire prévisibles et assez regroupés dans le temps, alors que les embryons anormaux d’un point de vue chromosomique ont des cycles de division plus variés, sont plus fragmentés et présentent une asymétrie plus marquée de leurs cellules (blastomères).
Grâce à un système de captage d’images, l’évaluation non intrusive et automatisée en laboratoire du développement embryonnaire à un stade précoce (de 1 à 4 cellules de division) pourrait ainsi contribuer à améliorer les taux de succès en fécondation in vitro en favorisant une meilleure sélection des embryons, avant leur transfert dans l’utérus. Cette approche pourrait également contribuer à réduire les fausses couches à la suite d’une fécondation in vitro (FIV).
Voir l’article dans la revue Nature

Laissez un commentaire

À lire aussi