Infertilité et temps des fêtes : comment passer au travers ?

Infertilité et temps des fêtes : comment passer au travers ?

Pour les femmes et les hommes confrontés à l’infertilité, les fêtes de fin d’année peuvent être difficiles à traverser. Cette période de l’année, où tout tourne autour des enfants, réactive leurs sentiments de tristesse et d’échec à réaliser leur vœu le plus cher. Nombreux sont ceux et celles qui se sont imaginés pouvoir annoncer une bonne nouvelle durant le temps des fêtes ou montrer leur petit ventre rond.  Alors, comment apprécier cette période de l’année quand on vient de passer une autre année à patienter, à pleurer, à espérer l’arrivée d’un enfant pour enfin agrandir la famille ? Voici quelques suggestions pour vous aider à traverser cette période délicate.

À noter : assurez-vous, avant tout, de respecter les consignes sanitaires pour éviter de transmettre le virus à vos proches. 

Communiquer vos émotions

Prenez le temps de bien communiquer vos émotions, vos besoins et de bien écouter ceux de votre partenaire afin de vous sentir compris et soutenus. Ainsi, vous trouverez ensemble des compromis pour traverser le temps des fêtes tout en respectant les besoins de chacun. Il est tout à fait normal que vous appréhendiez et que vous viviez cette période différemment. Mieux vous comprendre permettra d’éviter les conflits à ce sujet.

Limitez vos participations aux festivités

Expliquez à vos proches ce que le temps des fêtes suscite en vous et nommez vos besoins : « Le temps des fêtes me rend triste, nous ne resterons pas toute la soirée ». Votre entourage comprendra mieux vos choix si vous leur expliquez vos sentiments et vos limites. Vous pouvez aussi annuler votre présence à certaines réunions familiales si la situation est trop douloureuse à ce moment-là de votre vie : « Nous ne pourrons pas être là cette année, nous sommes désolés »

Soyez prêt(e)s

Préparez-vous à répondre aux questions parfois maladroites et déstabilisantes de vos proches. Les réunions de famille sont des moments propices aux questions inévitables telles que « Alors, c’est pour quand les enfants? ». Vous pouvez faire le choix de parler de votre infertilité et des défis auxquels vous faites face ou de répondre de façon succincte afin de faire comprendre à vos proches que vous ne souhaitez pas répondre à cette question pour le moment : « Je ne souhaite pas en parler aujourd’hui, c’est un sujet sensible et difficile pour moi ».

Optez pour des activités plaisantes

Prévoyez des activités plaisantes à faire avec des amis compréhensifs et attentionnés. Vous pourriez aussi participer avec vos proches à des activités de bénévolat. Ce sera l’occasion de célébrer les valeurs d’entraide et d’amitié et de rendre cette période plus réjouissante et plus nourrissante pour vous. 

Profitez des petits bonheurs quotidiens

N’oubliez pas de faire de vous et de votre couple une priorité en vous faisant plaisir grâce aux petits bonheurs du quotidien : lire un bon livre, relaxer et méditer (yoga, massage, spa etc.), rire devant un film, passer du temps dans la nature, écouter de la musique etc.

 

Publié le 27 décembre 2021 dans Accompagnement psychologique , Mode de vie

Marie-Alexia Allard
Par : Marie-Alexia Allard PhD, Psychologue

Marie-Alexia Allard, PhD, psychologue clinicienne et membre de l’Ordre des Psychologues, se spécialise dans le domaine de la fertilité et de la périnatalité depuis plusieurs années.

Elle accueille des adultes et des couples qui font face à l’infertilité et qui ont recours aux procréations médicalement assistées. Elle offre des services psychologiques variés qui visent à aider les femmes et les hommes à réduire l’anxiété et à mieux vivre les traitements de fertilité. Elle accompagne les individus dans les aléas de leur projet parental et leur offre du soutien et un espace de réflexion tout au long de leur démarche.

Dre Allard se spécialise également en périnatalité. Elle rencontre des femmes et des hommes qui vivent un deuil périnatal, qui souffrent d’anxiété ou de dépression durant la grossesse et la période du postpartum ou encore qui éprouvent des difficultés à s’adapter à l’arrivée d’un enfant.

Elle travaille selon une approche intégrative qui respecte le rythme et les besoins de chacun.

Laissez un commentaire

À lire aussi