Le syndrome des ovaires polykystiques

Qu’est-ce que le SOPK ? 

Le syndrome des ovaires polykystiques est un trouble hormonal courant qui affecte 5% à 10% des femmes. Similairement aux autres syndromes, le SOPK est un ensemble de problèmes qui se manifestent simultanément. Toutes les femmes atteintes de SOPK ne présentent pas les mêmes symptômes. Pour être diagnostiquée avec le SOPK, une femme doit avoir 2 des 3 symptômes possibles : manque chronique d’ovulation (anovulation), niveaux élevés de testostérone chroniques (hyperandrogénie) et ovaires qui ont plusieurs petits kystes contenant des ovules (polykystiques).

Comment le SOPK est-il diagnostiqué ?

Étant donné que cette condition est diagnostiquée en identifiant différents syndromes, le SOPK est diagnostiqué à l’aide d’une combinaison d’examens physiques et d’antécédents, d’une échographie (sonogramme) et de tests sanguins.

Lors de l’examen, les femmes atteintes de SOPK disent avoir des règles irrégulières (ou manquées) ou elles remarquent qu’il y a de longues périodes entre leurs règles. Elles peuvent également être en surpoids, avoir une croissance des cheveux accrue (hirsutisme), de l’acné ou être incapables de tomber enceinte. À l’échographie, de nombreuses femmes atteintes de SOPK ont des ovaires hypertrophiés avec de nombreux petits kystes. Les tests sanguins peuvent démontrer une glycémie élevée, des taux élevés de cholestérol ou des taux élevés d’hormones mâles.

Quels sont les risques chez les femmes atteintes de SOPK ?

Certains des risques sont liés au fait qu’une femme n’ovule pas régulièrement. Lorsque l’ovulation n’a pas lieu, elle interrompt le cycle hormonal habituel et provoque des taux d’œstrogènes qui épaississent la muqueuse utérine et provoquent des saignements anormaux. Au fil du temps, cela peut entraîner des changements précancéreux ou un cancer de l’utérus. Ce manque d’ovulation régulière peut également rendre la grossesse difficile.

Le syndrome métabolique est fréquent chez les femmes atteintes de SOPK. Les symptômes comprennent un surpoids, un taux de cholestérol élevé, une pression artérielle élevée et une résistance à l’insuline / diabète. Chacun de ces symptômes augmente le risque de maladie cardiaque. L’obésité est courante chez les femmes atteintes de SOPK.

Comment l’infertilité chez les femmes atteintes du SOPK est-elle traitée ?

La meilleure et plus simple solution, si une femme est en surpoids, est de perdre du poids. Ceci pourra l’aider à améliorer la fréquence de son ovulation ainsi que sa fertilité. Parfois, une perte de poids de 10% (par alimentation et exercices) peut aider les cycles menstruels à revenir normaux. Même si l’oligo-ovulation persiste (ovulation rare ou irrégulière), la personne sera plus sensible à l’effet des médicaments.

Provoquer l’ovulation à l’aide de médicaments est une des solutions à considérer pour traiter l’infertilité. Le citrate de clomifène est administré par voie orale, c’est un médicament généralement utilisé comme première potentielle solution. Le Létrozole est un autre médicament oral qui peut être conseillé comme premier recours. En cas d’échec, des médicaments de fertilité injectables appelés gonadotrophines peuvent être administrés pour stimuler la croissance d’un ovule. Les femmes atteintes de SOPK doivent être bien accompagnées lorsque ces médicaments sont utilisés pour s’assurer qu’elles ne réagissent pas de manière excessive ce qui peut augmenter le risque de naissances multiples.

Les médicaments sensibilisants à l’insuline tels que la Metformine peuvent aider l’organisme à utiliser l’insuline plus efficacement pour améliorer l’ovulation chez certaines patientes atteintes de SOPK. La Metformine peut également réduire le risque de développer un diabète ou un syndrome métabolique.

La fécondation in vitro (FIV) peut aider les femmes atteintes de SOPK à tomber enceintes si les autres traitements ne fonctionnent pas.

Êtes-vous atteinte de SOPK et aimeriez avoir des enfants ?

Discutez avec nos infirmières afin de trouver la meilleure approche pour vous au (450) 934-9146.

 

Publié le 18 août 2020 dans Procréation , Diagnostic prénatal , Fertilité , Infertilité , Anovulation

Jessica Pesant-Lahaie
Par : Jessica Pesant-Lahaie Infirmière-chef

Laissez un commentaire

À lire aussi