FERTILYS réalise une première au Canada : Les chambres microfluidiques en FIV

FERTILYS teste avec succès une approche avant-gardiste de sélection des spermatozoïdes

Migration des spermatozoïdes à travers une chambre microfluidique (Tiré de Chinnasamy et al. 2018, Advanced Science).

L’équipe de FERTILYS est toujours à l’affût de nouvelles technologies qui pourraient améliorer ses résultats en procréation assistée. Nous sommes donc fiers d’annoncer une première grossesse obtenue au Canada en fécondation in vitro (FIV) à l’aide d’une sélection avant-gardiste de spermatozoïdes par chambre microfluidique. Conçues pour mimer la migration naturelle des spermatozoïdes dans l’appareil reproducteur féminin, les chambres microfluidiques pourraient s’avérer une innovation importante en procréation assistée.

Le couple concerné présentait une infertilité principalement de cause masculine sévère, avec une atteinte de l’intégrité de l’ADN spermatique. Après une première tentative infructueuse en fécondation in vitro réalisée par injection intra cytoplasmique de spermatozoïdes (ICSI), incluant le transfert d’embryons congelés, une deuxième tentative fut réalisée en utilisant cette fois-ci une chambre microfluidique afin de mieux sélectionner les spermatozoïdes du conjoint. Douze ovules ont été prélevés, dont 8 matures. La chambre microfluidique a permis d’obtenir de nombreux spermatozoïdes mobiles. Parmi les embryons produits, trois se sont rendus au stade de blastocyste (5 jours de vie). Le premier embryon transféré dans l’utérus a finalement produit la première grossesse pour ce couple!

Pourquoi utiliser les chambres microfluidiques?

La sélection des meilleurs spermatozoïdes est un défi depuis toujours. Traditionnellement, le sperme est préparé à l’aide d’une méthode de centrifugation qui permet aux meilleurs spermatozoïdes de traverser différents gradients liquides de densité ou de migrer passivement vers le haut dans un milieu de culture (swim-up). Ces deux techniques permettent de sélectionner les spermatozoïdes mobiles et d’obtenir ainsi un échantillon adéquat pour une insémination intra-utérine (IIU), une fécondation in vitro (FIV) ou une ICSI.

Certaines études ont toutefois observé une augmentation de la production d’espèces réactives de l’oxygène (ROS) lorsque les spermatozoïdes étaient sélectionnés par ces techniques dîtes « conventionnelles ou classiques ». Or, une production accrue de ROS serait associée à une diminution des chances de succès lors d’IIU, de FIV et d’ICSI. De plus, ces techniques de préparation de sperme ne permettraient pas d’isoler de façon optimale les spermatozoïdes ayant préservé totalement l’intégrité de leur ADN.  Pour contourner cette problématique de fragmentation d’ADN spermatique, FERTILYS utilise parfois une méthode plus précise de sélection de spermatozoïdes matures, l’ICSI physiologique (PICSI).

Récemment, les chambres microfluidiques, une nouvelle technologie se basant sur des principes physiques, sont apparues comme étant une plateforme sensible et haut débit pouvant être appliquée au domaine de la procréation assistée. Ainsi, ces dernières années, différents concepts ont été proposés afin de mieux sélectionner les spermatozoïdes contenant moins de ROS et possédant un matériel génétique moins endommagé, en comparaison aux techniques conventionnelles. À titre d’exemple, le système ZyMot™ ICSI, un dispositif comprenant 5 chambres microfluidiques qui permet de sélectionner les spermatozoïdes par leur mobilité.


Chambres microfluidiques ZyMot™. De gauche à droite, Zymot 850 μl, Zymot 3 ml et ZyMot ICSI.

En terme pratique, un très faible volume de liquide séminal contenant les spermatozoïdes est inséré dans une ouverture d’un côté de la chambre. Les spermatozoïdes mobiles vont par la suite migrer le long du canal et se concentrer dans une seconde ouverture se trouvant à l’autre extrémité de la chambre. Cette solution finale contenant les meilleurs spermatozoïdes mobiles est récupérée et utilisée pour féconder les ovules par ICSI. Enfin, le transfert de l’embryon obtenu a lieu quelques jours plus tard.

Avec une réduction de l’atteinte aux spermatozoïdes et du temps de manipulation, les chambres microfluidiques nous apparaissent être un système avant-gardiste et très prometteur de préparation du sperme pour l’aide médicale à la procréation.

Publié le 2 avril 2019 dans Recherche , Procréation , Fécondation in vitro , Infertilité masculine , ICSI

Fabien Joao, M.Sc.
Par : Fabien Joao, M.Sc. Biologiste de la reproduction

Laissez un commentaire

À lire aussi